La cuisine bio n’est pas une simple tendance, elle s’installe durablement dans le paysage culinaire parisien. Le consommateur souhaite connaître l’origine des aliments présentés dans son assiette.

BARS A SALADES ET CANTINES BIO

Dans les cantines bio, les restaurateurs sélectionnent des produits frais et locaux, ou issus du commerce équitable. Dans les salad’bars (ou bars à salade), le client choisit lui-même les produits : des plats sur mesure qui allient goût, naturel et simplicité.

Les pauses-déjeuner, les haltes gourmandes entre deux visites de musées ou les dîners rapides avant un spectacle sont autant d’occasions de découvrir une cuisine conciliant plaisir et santé.

 

Goûtu
51 rue Le Peletier
75009 Paris
Quartier : Opéra – Grands Boulevards
1€ le sandwich. Le Goûtu propose des sandwich frais, cuisinés à la commande et délicieux à souhait pour la modique somme de 1€. D’autres, plus élaborés peuvent coûter jusqu’à 3 euros. A la carte : Oeuf Mimosa, concombre, tartare de tomates, salade ; Chiffonnade de Jambon blanc, beurre salé…

JOUR
3 rue de Phalsbourg
75017 Paris
Quartier : Porte Maillot – Monceau
Si vous aimez composer votre salade au gré de vos envies, le salad’bar « Jour » est fait pour vous ! Cette enseigne vous propose de choisir les divers produits frais qui agrémenteront votre salade. Elle met donc à disposition de ses clients un florilège de 8 salades, 8 sauces et 42 ingrédients complémentaires aux saveurs traditionnelles ou exotiques.
Type : Restauration rapide & self services

SUPERNATURE
12 rue Trévise
75009 Paris
Quartier : Opéra – Grands Boulevards
Simple et convivial, le décor de cette cantine bio est épuré et le service est on ne peut plus attentionné. Prairies et vaches prédominent la plupart des tableaux accrochés aux murs.
Des soupes et des salades aux fromages et desserts en passant par le cheese burger ou le risotto de potimarron : tout est frais, tout est bio, tout est fait maison.

 

BISTROTS

Le bistrot est une institution de la vie parisienne et se distingue du simple café car, au siècle dernier, ces établissements étaient tenus par des marchands de vin.

Les connaisseurs vous le diront, un bistrot parisien, c’est tout un poème ! Une bonne carte des vins, une cuisine de tradition simple et roborative, un service sympathique et direct, une décoration de carreaux, rideaux et boiseries sobres, une addition raisonnable, le tout dans une ambiance toujours conviviale.

 

CHEZ ANDRE
12 rue Marbeuf
75008 Paris
Quartier : Champs-Élysées
L’établissement, ouvert depuis 1936, a su conserver son âme d’antan. Ici, bar en zinc et tables de bistrot rappellent sans conteste les années 30. Quant à la carte, elle remet au goût du jour les plats de notre enfance. Des spécialités à découvrir, telles que les cuisses de grenouilles, la bouillabaisse du Chef, le gigot d’agneau « Allaiton de l’Aveyron » sans oublier les fruits de mer (en saison). Une cuisine bourgeoise, traditionnelle et raffinée. Sélection de vins servis au verre.
Type : Bistrot

LE BISTROT DE PARIS
33 rue de Lille
75007 Paris
Quartier : Musée d’Orsay – Saint-Germain-des-Prés
Ancien bouillon au décor 1900, revu par le célèbre décorateur Slavik.
Point de vue : Salons privatifs refait à l’identique grâce à des artisans décorateurs aux méthodes de l’époques.
Au menu de ce joli bistrot typiquement parisien : une cuisine simple, savoureuse et généreuse.

 

BRASSERIE :

AU PIED DU COCHON
6 rue Coquillière
75001 Paris
Quartier : Châtelet – Les Halles
Depuis 1947, le fameux restaurant des Halles à la bonne humeur communicative n’a pas fermé ses portes. Devenu le cœur battant de la Capitale, le Pied de Cochon s’impose comme le témoin immuable du vieux Paris. A la fois institution populaire et lieu privilégié de diverses célébrités, le Pied de Cochon fut de tout temps un lieu de fête où se mêlait une clientèle hétéroclite. Les clochards disposaient même du « coin des cloches » et se régalaient tous les soirs d’une soupe à l’oignon qui leur était offerte par Clément Blanc, le propriétaire.
Au Pied de Cochon gagna très vite le cœur de personnalités étrangères, telles que les stars hollywoodiennes, les hommes politiques et les sportifs désireux de découvrir ce lieu mythique où étaient servis des plats canailles. Mais il connut également quelques vagues, notamment pendant la période de l’Occupation. Après trois différentes gérances et fermetures pour cause de marché noir, sonna la Libération. Une fois la paix installée, Clément Blanc, alors à nouveau aux commandes du Pied de Cochon, eut la brillante intuition d’ouvrir l’établissement 24 heures sur 24. Début 1946, il obtenait l’autorisation d’ouvrir toute la nuit… Le Pied de Cochon fut donc le premier établissement parisien dont les portes restaient ouvertes 365 jours de l’année et les lumières toujours allumées.
Type : Brasserie